Economie et emploi : Roland Boa parle de ses entreprises et dévoile ses ambitions

Roland Boa, promoteur de la marque ‘’LORD’’ et du magazine ‘’African Challenge’’

(« J’ai lancé un business avec 60.000 FCFA », a-t-il confié)

Roland Boa est homme d’affaires et entrepreneur ivoirien. Promoteur de la marque ‘’LORD’’ et du magazine ‘’African Challenge’’, il est aujourd’hui à la tête d’une holding baptisée ‘’Roland Boa group’’. Par le biais d’une interview, nous sommes allés à la rencontre du jeune entrepreneur africain pour le connaître davantage, connaître son entreprise et être renseignés sur la manière dont il fait face à la crise économique née de la pandémie de la Covid-19.

oddafrique.info : Donnez-nous un bref aperçu de votre cursus scolaire et universitaire.

A la suite de mon BAC D obtenu en 2015, j’ai fait des études en réseau informatique et télécommunication soldées par un BTS puis j’ai poursuivi avec des études en informatique réseau et sécurité soldées par un Bachelor.

Comment peut-on présenter Roland BOA group ?

Roland Boa group est une société basée à Abidjan en Côte d’Ivoire. Elle a été légalement constituée en 2020. Elle regroupe toutes les activités que j’ai eu à lancer étant encore dans le secteur informel.

Roland Boa group fait dans la mode et dans les medias. Nous avons à notre actif une marque baptisée ‘’LORD’’ que nous avons fondé avec des associés externes, un magazine baptisé ‘’African Challenge’’, qui fait la promotion des entrepreneurs juniors africains, lancé en Août 2019. Il y a également plusieurs autres projets déjà en cours d’exécution et qui verront tous le jour d’ici l’hiver 2021.

Qu’est-ce qui vous a poussé à mettre en place Roland Boa group ?

D’abord cela a toujours été un rêve d’enfant, le fait de mettre une société en place, être son propre patron. Car je suis quelqu’un d’assez autonome et je veux pouvoir bâtir une dynastie dans mon pays, pouvoir transmettre à ma progéniture un conglomérat. Ensuite Roland Boa group était une manière pour moi de mettre de l’ordre dans mes affaires, pouvoir être en règle vis-à-vis de la loi.

Quels ont été vos débuts ?

Les débuts ont été très difficiles car être entrepreneur en Afrique est un véritable combat. Etant en manque de financement j’ai dû trouver un emploi dans le but de financer mes activités. Puis par la force des choses tout s’est mis en place. Pour ce qui est de l’appréciation des proches, je peux dire qu’il y a eu de la part des amis des réactions assez mitigées car certains croyaient en moi et d’autres me répétaient que j’avais fait le mauvais choix ou même que l’échec m’était inévitable.

Quels sont les objectifs que vous poursuivez ?

Je souhaite faire de Roland Boa group un véritable empire en Afrique. Mes objectifs pour les trois  prochaines années sont d’étendre la présence des produits de ma marque LORD dans toute l’Afrique, avoir des boutiques dans les pays Africains mais également hors d’Afrique et par la même occasion faire de mon magazine African Challenge une véritable source d’inspiration pour la jeunesse africaine. Mon rêve est d’être le Bernard Arnault de l’Afrique et j’aimerais faire de la politique dans un avenir plus ou moins lointain.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?

Comme difficultés je dirais de loin le financement car pouvoir obtenir un prêt au niveau des banques ou même des structures de microfinance n’est pas chose facile.  Du coup il faut innover pour obtenir un capital de départ et croyez-moi, c’est la mer à boire.

Comment est fabriquée la montre Lord ? Quel accueil lui est réservé depuis son lancement sur le marché ivoirien ?

La montre LORD est issue de la sixième collection de la marque. Elle est le fruit du savoir-faire d’horlogers ivoiriens. Elle a été très bien accueillie par le public ivoirien, fier d’avoir une montre 100% made in Côte d’Ivoire. Depuis lors les ventes évoluent tranquillement. 

La montre Lord est-elle disponible sur le marché ouest-africain ? Quels partenariats avez-vous pour la rendre disponible partout en Afrique ?

Pour l’instant la montre LORD est uniquement disponible en Côte d’Ivoire. Nous sommes activement à la recherche de partenariats avec des boutiques, des sportifs, des  artistes, histoire de faire connaitre la montre LORD hors des frontières Ivoiriennes.

Quels sont vos projets à court, moyen et long terme ?

Comme mentionné plus haut, je travaille actuellement sur d’autres projets. La mise en place d’une boutique dans la ville d’Abidjan en premier lieu ; la création d’une marque de chaussures pour homme et également la création d’une ligne de vêtements pour la gent féminine et l’ouverture d’un restaurant. Je reste confiant qu’avec du travail et de la persévérance tous ces objectifs seront atteints dans les délais que je me suis fixé. 

Quels sont les impacts de la Covid-19 sur vos activités ?

Cette crise sanitaire a eu un impact conséquent sur tous les secteurs d’activité. L’une des conséquences pour nous a été la diminution des ventes, ce qui entraîne une baisse des profits et également un retard majeur sur les projets prévus pour cette année 2020.

Les mesures sociales prises par le gouvernement ivoirien vous soulagent-elles ?

Pas totalement je dirais mais c’est déjà un bon début car ça nous permet à nous entrepreneurs, de pouvoir tant bien que mal continuer à exister.

Avez-vous un sujet particulier à aborder pour clore cet entretien ?

Bien sûr, je suis très préoccupé par un phénomène qui a pris de l’ampleur ces dernières années dans nos pays. Je veux parler de ces jeunes qui s’adonnent à l’exode vers l’Europe via la méditerranée. C’est dangereux et selon moi insensé et inutile. L’Afrique regorge d’opportunités et il suffit d’avoir la bonne information. J’ai mal quand je vois des gens payer ces voyages risqués à deux millions de francs CFA alors que moi j’ai lancé un business avec 60 milles francs CFA. C’est un combat que je mène via mon magazine African Challenge et j’aimerais de nouveau attirer l’attention de nos dirigeants sur ce fait.

Interview réalisée par Claude TOSSOU

233

1 Comment on "Economie et emploi : Roland Boa parle de ses entreprises et dévoile ses ambitions"

  1. Force, intelligence et courage ! Un exemple à suivre

Leave a comment

Your email address will not be published.


*