L’écart salarial entre hommes et femmes en Afrique est inférieur à la moyenne mondiale de 16% selon l’OIT

(Les femmes mieux payées que les hommes au Cap-Vert, en Égypte, en Namibie, en Tanzanie et en Tunisie)

Les discriminations salariales liées au genre ont été abordées dans le rapport sur les évolutions récentes des salaires moyens, écarts salariaux entre hommes et femmes, et disparités salariales de l’organisation internationale du travail (OIT), publié en début de cette année. Selon les données recueillies EN 2018 sur un échantillon der dix pays, l’écart salarial entre les hommes et les femmes dans les pays africains est généralement inférieur à la moyenne mondiale de 16%.

Dans trois des dix pays africains pris en compte, l’écart de rémunération entre les sexes semble même être négatif. Ce qui signifie que les femmes sont payées à un taux plus élevé que les hommes en moyenne. En Afrique du sud, cependant, l’écart de rémunération entre les sexes est au contraire relativement élevé. Les salariés hommes gagnant en moyenne près de 20% de plus que les femmes salariées.

En revanche, l’écart de rémunération entre les sexes semble être plus souvent favorable aux femmes qui sont en moyenne mieux payées que les hommes au Cap-Vert, en Égypte, en Namibie, en Tanzanie et en Tunisie.

En Gambie et à Madagascar, l’écart de rémunération entre les sexes n’est pas en faveur des femmes salariées mais la différence est inférieure à la moyenne de l’ensemble de la population salariée. L’écart de rémunération entre hommes et femmes est plus important seulement en Éthiopie, au Malawi et en Afrique du Sud.

L’ODD 8 de l’ONU sur la promotion d’une croissance économique durable, du plein emploi et d’un travail décent pour tous, définit comme objectif d’atteindre d’ici 2030 « un salaire égal pour un travail de valeur égale » et identifie « la rémunération horaire moyenne des femmes et des hommes salariés » comme l’une des mesures importantes permettant d’indiquer les progrès vers cette fin. En outre la Coalition internationale pour l’Égalité Salariale (EPIC), une coalition multipartite lancée en septembre 2017 et dirigée par l’OIT, l’ONU Femmes et l’Organisation de Coopération et de développement économiques (OCDE), interprètent la réduction de l’écart de rémunération des femmes et des hommes comme un indicateur de progrès pour la réalisation d’un salaire égal pour un travail de valeur égale.

Daphnée OUNSOUGAN

326

Be the first to comment on "L’écart salarial entre hommes et femmes en Afrique est inférieur à la moyenne mondiale de 16% selon l’OIT"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*