La Covid-19 augmente de 69% la violence à l’égard des femmes en Centrafrique

La République centrafricaine (RCA) connaît une recrudescence de la violence basée sur le genre (VBG) depuis le début de la pandémie de Covid-19, avec des traumatismes signalés en hausse de 69%, selon une nouvelle étude du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud). La situation était déjà préoccupante avant le début de la pandémie avec 11.777 cas identifiés en 2019, soit une hausse de 174% par rapport à 2014.

La RCA est classée deuxième à l’indice 2019 des inégalités entre les sexes (GIN) du Pnud. Et les femmes ont tendance à être plus pauvres que les hommes, surtout dans les zones rurales avec 81% contre 69% pour les hommes. Pis, la RCA a le deuxième taux de mortalité maternelle le plus élevé au monde.

Environ 2,6 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population, ont besoin d’aide humanitaire et de protection, selon des responsables de l’ONU, tandis qu’une fermeture partielle des frontières avec le Cameroun et la République démocratique du Congo a fait augmenter le coût des produits importés, y compris les produits alimentaires de base.

Depuis avril 2020, les VBG ont augmenté d’environ 10%, les coups volontaires sur femmes et enfants augmenté de 69%, les viols de 27% et les autres voies de fait de 45%

Depuis avril 2020, les crimes et délits sexuels commis sur les femmes ont augmenté d’environ 10%, tandis que les cas de coups et blessures volontaires commis sur les femmes et les enfants ont augmenté de 69%, les viols de 27% et les autres voies de fait de 45%, selon un rapport de la Section analyse criminelle de la Police des Nations Unies (Minusca) de juin 2020. Depuis que le premier cas de COVID-19 a été signalé dans le pays, 97% des victimes de VBG sont des femmes et 76% sont mineures. « Même avant la pandémie, les femmes étaient confrontées à d’importantes inégalités fondées sur le sexe, telles que l’accès à l’éducation ou aux opportunités d’emploi, et la possibilité de participer à la vie économique et politique. Nous savons que les crises peuvent aggraver la violence au foyer ainsi que d’autres violences contre les femmes et les filles. C’est un moment critique pour prioriser les systèmes de soutien et l’accès à la justice », a expliqué la représentante résidente du Pnud en RCA, Natalie Boucly.  

Avec plus de personnes confinées à la maison et passant plus de temps en ligne, la cyber-violence est également en augmentation, selon le rapport qui appelle à des efforts accrus pour protéger les femmes et les filles dans ce domaine également.

Daphnée OUNSOUGAN

381

Be the first to comment on "La Covid-19 augmente de 69% la violence à l’égard des femmes en Centrafrique"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*