40 millions d’enfants privés de la maternelle en raison de la Covid-19, selon l’Unicef

La directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore

Le Centre de recherche Innocenti de l’Unicef a publié un document sur la situation des services de garde d’enfants et d’éducation de la petite enfance à travers le monde. A travers une analyse des effets de la fermeture généralisée de ces services familiaux essentiels en raison de la Covid-19, l’état des lieux a été fait.

« Les perturbations provoquées par la pandémie de la Covid-19 dans le secteur de l’éducation empêchent les enfants de démarrer leur scolarité de la meilleure manière possible », a confié la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore. « Les services de garde d’enfants et d’éducation de la petite enfance jouent un rôle fondamental dans chaque aspect du développement des enfants. Or, ce rôle fondamental est gravement menacé par la pandémie », a-t-elle expliqué.

Le résumé de recherche intitulé ‘’Childcare in a global crisis : The impact of Covid-19 on work and family life’’ soit ‘’La garde d’enfants en pleine crise mondiale : Les effets de la Covid-19 sur le travail et la vie de famille’’, a fait remarquer que les mesures de confinement ont forcé de nombreux parents à concilier la garde de leurs enfants et leur emploi rémunéré. La fermeture de ces structures a également plongé les familles avec des enfants en bas âge dans une crise bien plus profonde, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Les structures de garde d’enfants sont essentielles pour fournir aux enfants des services intégrés, de l’affection et des services de nutrition ainsi que pour les protéger et les stimuler, tout en leur permettant de développer des compétences sociales, affectives et cognitives.

Avant la pandémie de Covid-19, de nombreux parents n’avaient pas d’autre choix que de laisser leurs enfants en bas âge dans des environnements peu sûrs et non stimulants à une étape essentielle de leur développement en raison du caractère inabordable, de la piètre qualité et de l’inaccessibilité des structures de garde d’enfants et d’éducation de la petite enfance. À l’échelle mondiale, plus de 35 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient parfois privés de la surveillance d’un adulte. Sur 166 pays, moins de la moitié proposent des programmes d’enseignement préscolaire gratuits pendant au moins un an, et ce chiffre chute à 15 % dans les pays à revenu faible.

De nombreux enfants en bas âge qui restent à la maison n’ont pas la possibilité de jouer et de bénéficier du soutien à l’apprentissage dont ils ont besoin pour bien se développer. Dans 54 pays à revenu faible et intermédiaire disposant de données récentes, près de 40 % des enfants âgés de 3 à 5 ans ne recevaient aucune stimulation socio émotionnelle et cognitive de la part d’un adulte au sein de leur foyer.

Daphnée OUNSOUGAN

122

Be the first to comment on "40 millions d’enfants privés de la maternelle en raison de la Covid-19, selon l’Unicef"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*