Le brûlage des gaz à la torche a atteint 150 milliards de mètres cubes en 2019

Gas flaring at a refinery.

Le volume de gaz torchés dans le monde rebondit aux niveaux de 2009. Selon de nouvelles estimations reposant sur des données recueillies par satellite par le Partenariat mondial pour la réduction des gaz torchés (GGFR), le brûlage à la torche des gaz dans le monde a augmenté à un rythme inédit depuis plus de dix ans, pour atteindre 150 milliards de mètres cubes en 2019.

Cette hausse de 3 % par rapport au niveau de 2018, qui s’établissait à 145 milliards de mètres cubes, est à imputer essentiellement à trois pays : les États-Unis (+ 23 %), le Venezuela (+ 16 %) et la Russie (+ 9 %). Le brûlage des gaz a également progressé dans les pays fragiles ou en conflit entre 2018 et 2019, avec une augmentation de 35 % en Syrie et de 16 % au Venezuela, malgré le plateau atteint par la production de pétrole dans le premier cas et un recul de 40 % dans le second.

La pratique du brûlage à la torche des gaz sur les sites de production pétrolière est le résultat de contraintes techniques, réglementaires et/ou économiques. Elle est responsable de plus de 400 millions de tonnes d’émissions en équivalent CO2 chaque année et gaspille de précieuses ressources avec, à la clé, des effets néfastes pour l’environnement à cause du méthane brûlé en partie uniquement et du noir de carbone. « Nos données attestent la persistance du problème du torchage des gaz, face auquel nous avons du mal à déployer des solutions efficaces ou, pour certains pays, suffisamment rentables », explique le chef de service au pôle Énergie et industries extractives de la Banque mondiale, Christopher Sheldon. « La pandémie actuelle de coronavirus et la crise compliquent encore la donne avec le risque de reléguer au second plan les questions environnementales et climatiques. Nous devons inverser cette tendance inquiétante et mettre définitivement fin au torchage de routine », a-t-il conclu.

Les quatre premiers pays à perpétuer ces pratiques dont la Russie, l’Iraq, les États-Unis et l’Iran, ont continué de représenter pratiquement la moitié soit environ 45 % du brûlage des gaz dans le monde au cours des trois dernières années soit de 2017 à 2019. Compte non tenu de ces pays, les données montrent que le torchage a reculé de 9 milliards de mètres cubes, soit 10 %, entre 2012 et 2019. Au premier trimestre 2020, le repli est de 10 % et concerne la plupart des 30 pays recourant le plus à cette technique.

Le Partenariat mondial pour la réduction des gaz torchés (GGFR) est un organisme administré par la Banque mondiale (BM) et rassemblant des États, des compagnies pétrolières et des institutions internationales dans l’objectif de faire reculer le torchage du gaz sur les sites de production pétrolière. L’agence américaine en charge de l’étude de l’océan et de l’atmosphère (NOAA) et le GGFR sont à l’origine des estimations établies en coopération avec l’école des mines du Colorado sur la base d’observations recueillies par un satellite lancé en 2012. Ses capteurs de dernière génération détectent les rayonnements infrarouges de la chaleur émise en amont des installations pétrolières et gazières. Grâce au soutien de l’Oil and Gas Climate Inititiative (OGCI), une application optimisée sera accessible sur internet en 2022 pour cartographier de manière fiable et harmonisée le brûlage du gaz à la torche dans le monde.

Ahmed KITOYI

231

Be the first to comment on "Le brûlage des gaz à la torche a atteint 150 milliards de mètres cubes en 2019"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*