Le FNDA vulgarise le mode d’accès à la dotation gouvernementale de 100 milliards FCFA au profit du secteur agricole

Le Directeur général du Fonds national pour le développement agricole (FNDA), Valère Houssou à Golden Tulip, le mercredi 18 novembre 2020

Le gouvernement de la République du Bénin a doté le Fonds national pour le développement agricole (FNDA) d’un abondement de 100 milliards FCFA en conseil des ministres du mercredi 29 juillet 2020. En vue de permettre aux producteurs de bénéficier de ces facilitations financières, une campagne de sensibilisation a été lancée par le Fonds, hier mercredi 18 novembre 2020 à Cotonou.

Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Gaston Dossouhoui, a officiellement acté le démarrage de la campagne de sensibilisation et d’information sur les mesures d’accompagnement prises par le gouvernement au profit du  secteur agricole béninois. Tout en louant les mérites du ministre de l’Economie et des finances, Romuald Wadagni présent à ses côtés pour officialiser cette cérémonie de lancement, il a saisi l’opportunité de cet événement pour attirer l’attention sur la grande ambition que nourrit le chef de l’Etat, le président Talon pour le développement du secteur agricole béninois. Cette campagne verra les équipes adéquates parcourir toute l’étendue du territoire national pour apporter la bonne nouvelle aux producteurs même dans les contrées les plus reculées.

Le directeur général du FNDA, Valère Houssou, a présenté les mesures du gouvernement en abordant leur utilité. A l’en croire, désormais les plusieurs facilitations sont offertes aux producteurs dont le financement des PME et PMI agricoles à condition que le montant sollicité soit plafonné à 500 millions FCFA ; le taux d’intérêt soit de 9% par an au maximum et, de 2% l’an aux bénéficiaires de la bonification ; durée de remboursement de cinq ans au maximum et la garantie du FNDA à 50% en plus de la garantie complémentaire du promoteur.

De même, le directeur général du FNDA a renseigné les participants sur les mécanismes divers mis en place au sein de cette structure pour que les promoteurs agricoles puissent remplir les conditions idéales pour bénéficier des crédits des SFD et banques sans difficulté. Tout d’abord, il existe l’option de la prise en charge par le promoteur, lui-même ayant une autonomie totale. Ensuite, l’encadrement assuré par les projets et programmes des Partenaires techniques et financiers (PTF) notamment la Coopération Suisse, la Coopération Allemande ; Enabel ; l’Ambassade des Pays-Bas ; le FIDA ; la Banque Mondiale et la BAD dans le cadre de la mise en œuvre des programmes dont le  PASDER, PDAB, DEFIA, PROFINA,PROCIVA, PROVAC, PADAAM, PADA, BeniBiz, ACMA2 et autres.

Enfin, l’appui du FNDA se manifeste à travers les structures agréées par le ministère de l’Agriculture de l’élevage et de la pêche agissant en conseils techniques spécialisés, en conseil en gestion des exploitations agricoles et en conseil en organisation et à la planification locale pour les petites exploitations agricoles ; des structures d’appui et d’encadrement pour les services de formation, de diagnostic et d’élaboration de plan d’affaires pour les PME/PMI agricoles qui s’adressent aux banques ; des Centres de gestion agréés (CGA) par le ministère de l’Economie et des finances pour les prestations relatives à la tenue de comptabilité, l’élaboration des états financiers certifiés et les déclarations fiscales et sociales.

De même, selon les termes arrêtés entre le FNDA et les SFD, ces institutions financeront les petits producteurs et exploitants agricoles, aux conditions ci-après avec un montant plafonné à 50 millions FCFA ; un taux d’intérêt maximum de 12% l’an et 2% l’an aux bénéficiaires de la bonification ; la durée de remboursement ne doit excéder trois ans au maximum et, pour finir, la garantie du FNDA est plafonnée à 50% en plus de celle complémentaire du promoteur.

Le président de la Chambre nationale d’agriculture, Adjéoda Amoussou a saisi l’opportunité de la tribune à lui offerte par le biais de cet événement pour remercier la vision du gouvernement sous le leadership du chef de l’Etat avant d’exhorter les promoteurs agricoles et éleveurs qui seront bénéficiaires à se montrer sincères envers les SFD et banques afin d’établir et de conforter au besoin les relations entre les acteurs financiers et leurs homologues du monde agricole. Il a été suivi par le secrétaire permanent de la Plateforme des acteurs de la société civile du Bénin (Pascib), Comlan Ernest Pedro qui a abondé dans le même sens.  

De gauche à droite, le Secrétaire permanent de la Pascib, Comlan Ernest Pedro ; le ministre des Finances, Romuald Wadagni et son homologue de l’Agriculture, Gaston Dossouhoui ; le Directeur général du FNDA, Valère Houssou et le président de la Chambre nationale d’agriculture, Adjéoda Amoussou

Processus d’accès aux facilités de financement du FNDA

a) Constituer son dossier. Il peut le faire seul ou bien il se fait accompagner d’un cabinet ou une ONG d’appui et d’encadrement ;

b) Déposer directement son dossier complet auprès d’une banque ou d’un SFD partenaire du FNDA avec lequel il est en relation d’affaires ;

NB : Une copie du plan d’affaire est obligatoirement déposée à l’ATDA de provenance

c) Faire lui-même le suivi de son dossier en gardant un contact étroit avec le chargé de clientèle de sa banque ou de son SFD ou avec le cabinet ou l’ONG d’appui et d’encadrement.

Contenu des dossiers de demande de financements

Selon les informations fournies par le FNDA, les dossiers de candidature des PME et PMI candidates au crédit auprès des banques doivent contenir une demande de crédit dûment signée ; une fiche de consentement BIC à signer auprès de la banque ; une copie des statuts de l’entreprise ; un registre de commerce ou toute autre pièce en tenant lieu ; les bilans et comptes de résultats certifiés des trois derniers exercices ; un plan de trésorerie ; un tableau de cash-flow pour les crédits à moyen et long terme ; un quitus fiscal et les renseignements bancaires de l’entreprise.

Quant aux petits exploitants et producteurs agricoles candidats aux crédits des SFD, leurs dossiers doivent contenir un formulaire de demande de crédit ; une fiche de consentement BIC à signer auprès du SFD ; la preuve d’activités avec des factures, devis, ou autres documents ; un compte d’exploitation de l’activité, le cas échéant ; un cahier des recettes et des dépenses ; les pièces justificatives de l’objet de financement avec des bons de commande, connaissements maritimes, factures proforma, devis et autres ; une photocopie de la pièce d’identité ; un relevé des différents comptes et un point des engagements en cours.

Nafiou OGOUCHOLA

368

Be the first to comment on "Le FNDA vulgarise le mode d’accès à la dotation gouvernementale de 100 milliards FCFA au profit du secteur agricole"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*